manif

Le mardi 25 novembre, l’opposition a, une fois de plus, défilé dans les rues de Port-au-Prince, criant les mêmes slogans désuets et lassants qui laissent perplexe les nombreux observateurs et autres acteurs conséquents de la société haïtienne. Ils continuent leurs entreprises destructrices anti-démocratiques en colonisant les artères de la Capitale pour tenter de se remettre au devant de la scène.

Manœuvre abjecte! Tous les moyens sont bons. La simulation de violence. Les accusations farfelues. L’opposition peine à  se renouveler. Ses slogans aussi. Toujours sans impact, ses sorties répétées aux recettes faméliques ne servent que les désirs nostalgiques des gérontes d’une opposition en mal de paraître.

Si Turneb Delpé, le recherché Assad Volcy et consorts se réveillent à une nouvelle jeunesse dans ce désordre chronique orchestré par ce petit clan politique aux désirs destructeurs, faut-il bien reconnaître que le spectre du chaos qui envahit l’esprit de ces pseudo-démocrates, se heurte à la lucidité et la volonté déclarée de la population d’épouser la stabilité. La démocratie comme mode de gouvernance est née d’un consensus national depuis  1987, et les caprices de groupes à la fois réactionnaire et sectaire sont loin de renverser cet acquis national.

Certaines gens affichent souvent un complexe lié à leur incapacité d’innover et de proposer. La crise reste alors la seule alternative pour faire obstacle aux forces du changement et empêcher au pays de franchir un pallier qui leur mettrait définitivement hors jeux dans l’arène politique.

Leur faible capacité de mobilisation et le refus systématique de la population de plonger dans la violence, sont annonciateurs de la sanction sociale à venir et de l’isolement politique qui attendent ces leaders autoproclamés, en quête constante de rédemption. Le peuple haïtien a choisi son camp. C’est un fait!

Le dessein de cette frange de l’opposition, telle qu’elle s’est définie et orientée, semble compromis, car de plus en plus elle s’obstine à entretenir des crises scélérates et préjudiciables pour la nation, une situation qui ne saurait perdurer dans ce pays en profond changement et qui se construit en vue d’offrir un lendemain meilleur à  tous ses fils.

 


Réagissez à cet article

No Comments

Leave a Comment

More in Editorial, hot, news
Laurent Lamothe continue de plaider pour une meilleure intégration des  personnes handicapées

Le Premier ministre, Laurent Lamothe, a visité, ce mardi 25...

Palmis Enèji “Foreign investor of the year 2014”

Haïti vient de remporter un nouveau prix au niveau international....

L’Ambassade de la République d’Haïti à Londres décerne le prix « Ami d’Haïti » à Lord Griffiths de la Chambre des Lords

Londres, Royaume-Uni (le 26 Novembre, 2014):Ce mois-ci, l'Ambassade de la...

Haïti-éducation: le MENFP constitue un corps de correcteurs officiels

Le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle...

Haïti-Politique: le président Martelly boucle sa série de consultations politiques

Officiellement les consultations sont terminées depuis ce lundi 24 novembre,...

Close