Boulos

Appelé à répondre aux questions de Valéry Numa sur Vision 2000, Réginald Boulos, ancien patron de la station, a affiché son arrogance en choisissant de répondre à certaines questions et de mépriser le commentateur politique autour de plusieurs autres. Au fur et à mesure qu’il prétexte des problèmes de communication pour esquiver d’autres questions, l’homme d’affaires et guru de la politique souterraine laisse sortir ses vraies motivations qui consistent  à jeter Laurent Lamothe dans la perspective des élections à venir. Il a même déclaré qu’il n’est pas normal que quelqu’un soit Premier ministre aussi longtemps alors qu’il n’y a pas que lui dans le pays.

La main cachée de l’opposition a repris les voix de ses poulains dans les recommandations et a eu gain de cause en entrainant deux évêques et un pasteur dans son plan macabre visant à faire régner le désordre pour conquérir le pouvoir. Boulos a laissé transpirer sa haine  et celle de la classe des affaires pour Lamothe qui en deux ans a su mettre un minimum d’ordre dans les affaires publiques, mâter la corruption, éradiquer le kidnapping et ouvrir le pays aux capitaux étrangers. Ce qui constitue une menace pour la bourgeoisie et les intérêts de ces hommes d’affaires.

Ces recommandations demandent la démission d’un populaire Premier Ministre sans garantie de pouvoir le remplacer alors que le Parlement sera caduque dans moins de 30 jours, la décapitation du système judiciaire sans garantie de pouvoir remplacer son président dans 14 jours comme le propose la commission, le départ du CEP sans garantie de pouvoir mettre un autre en place avant l’échéance du 12 janvier, la libération par le président d’une liste de prisonniers sans garantie du mode d’opération qui permettra au président de remplacer les juges et libérer des inculpés. A la question de Valéry Numa autour de ce point, Boulos a simplement répondu qu’il n’est pas juriste, c’est un avocat qui lui a donné cette phrase pour l’insérer pour lui dans le rapport. Autant de légèreté avec le destin d’un pays.

Le Président de la République est à un carrefour de l’histoire et de son destin. Il a le choix entre assumer son mandat et rester dans les limites de ses prérogatives ou se laisser prendre au piège de politiciens et aller au delà en attaquant le champs des autres pouvoirs. Le Premier Ministre étant l’émanation du Parlement ne peut être renvoyé que par ce dernier ou donner lui-même sa démission. Tout comme le CEP est l’émanation de plusieurs entités et les membres ne peuvent être renvoyés par une simple décision sous recommandation de Boulos.

Le rapport de la commission, s’il n’est pas rejeté en bloc par le président risque de plonger le pays dans une crise sans précédent et faire l’affaire de celui qui investit gros pour jeter Lamothe en vue d’accaparer le pouvoir politique, tremplin de l’oligarchie économique traditionnelle haïtienne, source de misère centenaire.

 

 

R.D

 


Réagissez à cet article

No Comments

Leave a Comment

More in Editorial, hot, Nationales, news
“Le rapport de la commission consultative présidentielle est irresponsable et utopique”, selon le député Fritz Chery

Le député de Gros-Morne et porte-parole du bloc des Parlementaires...

“Le rapport Boulos consacre l’effondrement de l’Etat démocratique” dixit Arios Jean Charles

"La Commission consultative présidentielle, à travers ses recommandations, demande l'effondrement...

Wenceslas Lambert dénonce le rapport de la commission consultative présidentielle

« Le président a commis une grave erreur en confiant la...

Le Président de la chambre des députés dénonce le rapport de la commission consultative

Le Président de la chambre des députés, Jacques Stevenson Thimoléon...

Laurent Lamothe a honoré la fondation Tzu Chi et salue la coopération haitiano-taiwanaise

Le Premier ministre, Laurent Lamothe a décoré une délégation taiwanaise...

Close