watsapp

Le Monde.fr | 18.11.2014 à 18h02 • Mis à jour le 18.11.2014 à 18h03 |

Par Martin Untersinger

Après son rachat par Facebook, de nombreux utilisateurs avaient quitté WhatsApp par peur pour leurs données personnelles. Neuf mois plus tard, la principale application de messagerie sur portable du monde vient d’annoncer un renforcement considérable et surprenant de sa sécurité.

Dans sa version Android, l’application de messagerie appliquera désormais par défaut le chiffrement des messages, ce qui signifie que les messages échangés entre utilisateurs ne sera lisible que par eux, même en cas d’interception (par une autorité publique ou une agence de renseignement).

D’abord sur Android

Plus surprenant encore : WhatsApp a travaillé pour cette innovation avec Whisper Systems, une organisation connue pour développer TextSecure, qui est souvent considéré par les experts comme l’application de messagerie la plus sécurisée du marché. C’est une version modifiée du code informatique de TextSecure qui sera utilisée pour ce nouveau chiffrement. Ce dernier est dit « de bout à bout », ce qui signifie que même WhatsApp ne disposera pas de la clé permettant de déchiffrer les messages des utilisateurs.

Pour le moment, cette nouveauté n’est disponible que sur les téléphones Android et dans les discussions entre deux utilisateurs. Les différentes pièces jointes (photos, sons, vidéo…) ne sont pas encore concernées. L’extension du chiffrement vers d’autres plateformes, pour les discussions de groupe et les pièces jointes suivront, sans qu’une date précise n’ait été annoncée.

D’autres applications proposent ce type de protection, mais elles sont loin d’avoir le même nombre d’utilisateurs que WhatsApp (près de 600 millions). De fait, comme le note le créateur de Whisper Systems, cela va faire de l’application le plus vaste outil de communications chiffrées de la planète.

« Le respect de la vie privée dans notre ADN »

« Le respect de la vie privée est codé dans notre ADN » se défendait Jan Koum, le créateur de WhatsApp, au moment de son rachat par Facebook et des critiques qui ont suivi. Originaire de l’ex-URSS, il avait évoqué un des « souvenirs les plus marquants de son enfance », lorsque sa mère, au téléphone, disait : « Ce n’est pas une conversation à avoir au téléphone, je te le dirai en personne ».

Cette nouveauté correspond par ailleurs à l’effort récent, entrepris par plusieurs grandes entreprises de la Silicon Valley, pour davantage protéger les communications de leurs utilisateurs. Apple et Google ont récemment annoncé le chiffrement des données contenues sur les téléphones équipés de leurs logiciels, au grand dam des autorités, américaines notamment.


Réagissez à cet article

No Comments

Leave a Comment

More in Technologies
Obama demande une application stricte de la neutralité du Net

Un « Internet libre et ouvert ». Voilà le vœu...

Mission Rosetta : Philae posé sur la comète, mais pas harponné

Le Monde.fr Le monde a retenu son souffle jusqu'à la...

Aux Etats-Unis, Verizon traque les possesseurs de smartphone avec un code unique

Depuis fin octobre, les dizaines de millions de possesseurs de...

Le drone et son côté obscur

  L'actuelle série de survols de centrales nucléaires marque sans...

Tim Berners-Lee : « L’intérêt pour les libertés numériques est sans précédent »

  Le World Wide Web Consortium (W3C), l'organisme chargé de fixer les...

Close